Conjugaison de verbes en français

Conjuguer un verbe

Quiz conjugaison !

Question 1 / 5

Le verbe aller à l'imparfait s'écrit :

tu

C'est quoi un verbe ?

Le verbe traduit soit une action réalisée ou subie par le sujet, soit un état ou une façon d'être du sujet. Le verbe possède un rôle très important dans une phrase puisqu'il permet d'en lier les différents éléments pour former des groupes sémantiques dont il devient le noyau central. Pour traduire l'action ou l'état qu'il exprime, le verbe peut prendre différents aspects que l'on regroupe sous le terme de "conjugaison".

Nous traitons ci-dessous uniquement le verbe dans la langue française.

Verbes d'action et verbes d'état

Il existe 2 types de verbes :

  • Verbe d'action : traduit une action immédiate (sauter, regarder, s'amuser, prendre, réfléchir...).
  • Verbe d'état : on parle aussi de verbe statique ou de verbe attributif. Ces verbes traduisent une manière d'être du sujet ou un état particulier du sujet (être, devenir, paraître, sembler, demeurer, rester, avoir l'air, passer pour...).

Les grands groupes de verbes

Les verbes sont classés dans 3 grands groupes :

  • 1er groupe : ceux sont tous les verbes qui se terminent par ER (sauf le verbe aller).
  • 2ème groupe : ceux sont tous les verbes qui se terminent par IR et se conjuguent en ISSANT au participe présent (sauf le verbe maudire).
  • 3ème groupe : ceux tous les autres verbes qui ne rentrent pas dans le 1er et le 2ème groupe.

Les verbes défectifs

Ce sont les verbes qui ne peuvent pas se conjuguer à toutes les personnes : pleuvoir, falloir, résulter...

Les verbes pronominaux

Les verbes pronominaux sont des verbes qui ne se conjuguent qu'avec un pronom réfléchi qui est de la même personne que le sujet de la phrase (me, m', nous, se, s', te, t' et vous).

Exemple : Je me méfie.
Il n'est pas possible de dire "Je méfie" ou "Je lui méfie".

Les verbes auxilliaires

Les auxilliaires sont des verbes qui participent à la conjugaison des temps composés tout en perdant leur sens propre.

Il existe 2 verbes auxilliaires : avoir et être.

Exemple : Il a une maison.
Le verbe avoir signifie posséder et n'est donc pas utilisé en tant qu'auxilliaire.

Exemple : Il a acheté une maison.
Le verbe avoir ne signifie plus posséder, mais compose le passé composé de la phrase. Il est donc utilisé en tant qu'auxilliaire.

Exemple : Nous sommes intelligents.
Le verbe être représente l'intelligence d'un groupe de personnes et n'est donc pas utilisé en tant qu'auxilliaire.

Exemple : Nous sommes rentrés chez nous.
Le verbe être a perdu son sens premier et compose le passé composé de la phrase. Il est donc utilisé en tant qu'auxilliaire.

Les verbes semi-auxilliaires

Comme pour les auxilliaires, les verbes semi-auxilliaires se vident de leur sens premier pour apporter une nuance de temps ou une nuance d'aspect.

Les semi-auxilliaires sont : aller, devoir, faire, savoir, venir et vouloir.

Exemple : Je vais rejoindre mon ami.
Le semi-auxilliaire aller permet de transformer un futur simple dont on ne sait pas quand l'action sera réalisée (je rejoindrai mon ami), en un futur proche et immédiat (je vais rejoindre mon ami, sous-entendu "j'y vais maintenant" ou "je suis en train d'y aller").

Composition d'un verbe

Un verbe est composé de 2 parties :

  • le radical (ou base)
  • la terminaison (ou désinence ou finale)

Exemple : Je mangeais.
Le radical est mang- et la terminaison est -eais.

Dans certains cas, il est difficile (voir impossible) de bien distinguer le radical et la terminaison.
Exemple : Ils vont au bal. J'ai mal au ventre.

Lors de la conjugaison des verbes du 2ème groupe, il existe la présence d'un affixe "-iss-" qui vient se placer entre le radical et la terminaison.
Exemple : Nous rotissons.

Le radical

Le radical permet de donner un sens au verbe. Il est la racine du verbe.

Dans la conjugaison des verbes du 1er et 2ème groupe, le radical est fixe et reconnaissable.
Exemple : Je mange, tu manges, il mange, nous mangeons, vous mangez, ils mangent.
Exemple : Je rôtis, tu rôtis, il rôtit, nous rôtissons, vous rôtissez, ils rôtissent.

Par contre, lors de la conjugaison des verbes du 3ème groupe, le radical est souvent modifié, voir méconnaissable.
Exemple : Je bois, tu bois, il boit, nous buvons, vous buvez, ils boivent.

En dehors de ces exceptions, il ne faut rien retrancher au radical.

Ainsi, les verbes qui se terminent en -GUER conservent toujours le "u" même ce n'est pas utile d'un point de vue prononciation.
Exemple : Nous blaguons.
D'un point de vue prononciation, le "u" ne semble pas vraiment utile.

Cette règle fonctionne également avec les verbes qui se terminent par -QUER.
Exemple : Nous attaquons.
Ici aussi, nous conservons le "u".

Par contre, il est possible d'ajouter des éléments au radical afin d'aménager la prononciation.

C'est le cas avec le "c" qui peut prendre une cédille "ç" ou le "g" qui peut devenir "ge" pour adapter la sonorité.
Exemple : Je déplace, tu déplaces, il déplace, nous déplaçons, vous déplacez, ils déplacent.
Le "c" prend une cédille avec "nous déplaçons".
Exemple : Je mélange, tu mélanges, il mélange, nous mélangeons, vous mélangez, ils mélangent.
Le "g" prend un e "ge" avec "nous mélangeons".

La terminaison

La terminaison est considérée comme un suffixe. La terminaison donne des informations précieuses telles que :

  • Le mode et le temps utilisés (pour tous les verbes, conjugués ou à l'infinitif)
  • la personne et le nombre (uniquement pour les verbes conjugués)
  • le genre et le nombre (uniquement pour les verbes contenant le participe passé dans leur conjugaison)

Aucune terminaison ne doit être modifiée, même pour une raison d'orthographe ou de prononciation (à l'exception des verbes irréguliers).

Cas du "e" muet :
Si le verbe possède un radical qui se termine par une voyelle (éblouir, agréer, etc.), le "e" de la terminaison devient un "e" muet, mais n'est pas supprimé.
Exemple : J'éblouie.
Le verbe éblouir conserve sa terminaison "e", même si le "e" ne semble pas indispensable pour une bonne prononciation de "éblouie".
Exemple : J'agréerai.
Ici aussi, le verbe agréer conserve son "e" qui n'a pourtant que peu d'utilité dans la prononciation du mot.

Cas du "i" à l'imparfait :
Avec "nous" et "vous" de l'imparfait de l'indicatif, les verbes se terminent respectivement par -ions et -iez. Cela peut sembler inutile d'un point de vue prononciation pour certains verbes comme accompagner, bailler, etc.
Exemple : Nous accompagnions, vous bailliez.
Sans le "i", ces verbes se prononcerait de la même manière à ces 2 personnes de l'imparfait de l'indicatif.

Notre page vous a plu ? Partagez-là !